GSL VOILE

GSL  VOILE

DE BANDOL A MARSEILLE

Revoir les Calanques

Nous nous sommes retrouvés ce samedi 24 juin à Bandol, 7 sur notre beau bateau (Sun odyssée 439) : le « Taormina ».

 

Taormina 002.jpg

 

 Après les vérifications du bateau, les derniers achats de nourriture, un repas à la pizzeria toute proche, nous quittons le port pour un petit « amarinage » jusqu’à l’île des Embiez. Traversée sans problème, mais accostage difficile en bout de quai par vent fort d’W de travers, près d’un couple de Belges qui nous a lancé des amarres et prodigué beaucoup, beaucoup de conseils (un peu trop).

 

100 EMBIEZ.jpg

 Nous profiterons en soirée du calme prévu, juste perturbé par la musique d’un mariage.

  La météo du dimanche n’est pas réjouissante pour un équipage disparate (6 hommes de 40 à 88 ans et Annie … d’une année de plus que l’année dernière) : force7 d’W annoncé et en plus c’est la fête aux Embiez.

 

EMBIEZ 101.JPG calanques01 ANCIENS.jpg

 

Aussi le Pacha décide de passer la journée sur l’île : pastis (un Ricard bien sûr) au bar de la place, promenades, baignades, magasins et surtout la féria dans les arènes de l’île. Là le taureau a même voulu faire la bise à Pierre et Annie qui étaient au premier rang et sont vite venus derrière, entourés de l’équipage qui a vaillamment défendu son Capitaine et sa cuisinière (on n’avait pas de rechange). 

 

calanques 15 ferria.jpg le taureau 02.JPG

 

Le lendemain de bon matin, au lever du soleil, le vent d’ W a faibli et passe à l’E. C’est donc un départ très tôt avec grand voile et moteur pour notre route vers les Calanques que nous atteignons vers 11H après une reconnaissance du phare de la Cassidaine.

 

PETIT MATIN.jpg la cassidaigne 02.jpg
067 LES CALANQUES.jpg calanques 03 ENVAU.jpg

 

 

 Le vent est devenu parfait d’E pour faire de la voile et slalomer entre les iles de Riou entre île Jarre et la Calseraigne, éviter l'écueil du Milieu, côtoyer les rochers du Petit et du Grand Congloué mais pas pour mouiller dans les belles calanques de Sormiou ou Morgiou pour se baigner ou manger car la houle qui se forme d’E rentre et est vraiment gênante. Nous visitons ensuite toutes les calanques puis nous nous dirigeons vers Port-Miou où nous trouvons une bonne place abritée sur bouée et anneau dans la falaise (baignade pour le courageux qui ira accrocher un cordage dans l’anneau).

 

PORT MIOU 001.jpg

 Après un repas tardif vers 15H nous profitons des baignades, des visites en annexe, des promenades sur les chemins côtiers et des plongeons de tous les jeunes du coin qui sautent dans l’eau de 10 à 15 mètres de haut.

 

Mardi après midi, nous partons pour le Frioul avec passage de nouveau entre les îles de Riou. Ce sera ensuite la visite du vieux port de Marseille et après passage près du Château d’ If nous prenons enfin notre bouée au port du Frioul  (A noter que les sanitaires de ce port sont une honte avec toujours ces vieux préfabriqués).

La nuit ne sera pas de tout repos : avec orage, vent, pluie et assistance à l’amarrage aux arrivées tardives vers 1 heure du matin… enfin uniquement pour celui qui a le sommeil léger (les 6 autres membres de l’équipage n’ont rien vu et rien entendu. La fatigue du large sans doute ? )

 

Marseille  entrée.jpg

calanques 02 IF.jpg

 

 

 

Mercredi : Grande nouvelle ! Pierre est grand-père et déjà les messages et les photos pleuvent, c’est la tempête, nous nous sommes tous accrochés à lui pour l’empêcher de partir de suite pour admirer cette huitième merveille du monde. A midi le champagne (que personne n’avait prévu) a calmé  l’ardeur de notre Capitaine. Nous sommes donc partis assez tard sur le chemin du retour mais le vent est là et c’est sous voile. Contournement de l’ile de Riou par le sud qui a une façade très différente de celle du nord et quelques virements de bord dans la baie de La Ciotat pour aussi montrer que la barre peu devenir très dur sur un bateau volontairement trop toilé et trop bordé et que à terme, ça peu partir au lof.

 

Amarrage le soir au port de La Ciotat, près de la capitainerie et des toilettes dans un endroit qui semble très calme.

 A peine arrivé, une musique rythmée, juste en face du bateau, nous casse les oreilles. Les trois moins jeunes et plus curieux du bateau se faufilent dans une espèce de théâtre en plein air où il y a l’entrainement de danses d’enfants de 4 à 18 ans pour préparation d’un spectacle du WK. C’était très mignon mais ils avaient vraiment besoin de s’entraîner. Les autres membres de l’équipage essaient de se glisser dans les gradins, mais n’ayant pas l’allure de grands-parents, se font refouler...

 

 

20170628_185636.jpg

 

 Pendant qu’une partie de l’équipage est partie faire quelques courses notre Capitaine se repose, comme d’habitude dans le carré. Soudain un raclement sinistre ébranle notre fier vaisseau,  réveille notre capitaine qui sort précipitamment comme un diable de sa boite et fait face à une frêle jeune fille à la barre de son petit voilier. C’est vrai qu’elle aurait pu faire connaissance plus simplement, mais les jeunes d’aujourd’hui sont beaucoup plus directs que les ancêtres. Après il a fallu faire les constats, photos, téléphone, compromis… etc. pour quelques centimètres de gelcoat arrachés.

 

 

calanques 14 voilier.jpg calanques 11 rayure.jpg

 

 

Jeudi : La météo n’est toujours pas très bonne (6 à 7 d’W) aussi retournons nous tranquillement sur les Embiez avec un bon vent portant et quelques exercices de virements voulus et quelques fois … involontaires. Nouvel amarrage par vent fort de travers au même bout de ponton que samedi mais cette fois-ci aucun appui. Mais l’expérience paie, et les prises d’amarres arrière et avant sont rapides et  maîtrisées, même que notre voisin (le Belge) sera surpris de nous retrouver là, sans son aide, à son retour de Bandol.

 

Vendredi : La tempête n’est toujours pas là, mais un bon vent d’W 5 nous tend les bras, aussi, après examens sur les exercices de la veille, nous décidons de repartir vers la baie de La Ciotat avec prise d’un ri dans génois et GV pour confort et sécurité. Les progrès de l’équipage sont évidents et cette navigation au près un peu grisante, même qu’il faut se battre pour obtenir quelques instants de barre (certains veulent se la garder) et après avoir testé l’ile Verte nous arrivons rapidement au pied du « Bec de L’aigle » où nous mouillons pour déjeuner tranquillement.

 

 

calanques 07 VOILE.jpg calanques 06 BARRE.jpg

 

05 BEC DE L'AIGLE.jpg

 

 

 L’après-midi retour à Bandol où nous accostons avec une manœuvre parfaite de notre Capitaine au milieu des bateaux en désordre de Locasail (comme d’habitude et peu de bateaux de sortis).

 

 Le soir, il fallait finir les provisions, aussi Patrick nous a préparé des spaghettis à la carbonara qui tenaient difficilement dans notre grosse cocotte. C’était très bon, mais même Maurice n’en n’est pas venu à bout (c’est pas peu dire).

Samedi : Nettoyage complet du bateau, comptes financiers, bouclage des sacs de voyage, passage des consignes au futur capitaine qui va emmener le bateau en Corse, embrassades générales et retour.

 

Conclusions : le séjour a été très agréable, l’équipage sympa et Annie n’a pas trop souffert du manque de parité ….

 

A l’année prochaine ?.

 

Texte d’Alain, photos de l’équipage



22/07/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 502 autres membres