GSL VOILE

GSL  VOILE

CROISIERE BRETONNE DE JUIN 2010

Compte rendu croisière

 

  Commentaires d'un équipier :
 

Equipage :

 7 personnes initialement mais  1 personne n'a pas pu venir. Les origines sont diverses : Vendéenne, Bretonne et Lyonnaise. Tous les membres de l'équipage avaient déjà navigué en Bretagne Sud.

Bateau :

c'est un Delphia 37 dériveur intégral fabriqué en Pologne : 3 cabines double, 1 cabinet de toilette, le carré central permet de manger à 6, instrumentation complète avec cartes papier et GPS près du poste de barre. Le bateau était en très bon état (voilier de 2008) et équipé d'un spi assymétrique. Nous avons largement profité de son faible tirant d'eau dérive haute (70 cm) et nous nous sommes posés une fois.

Météo :

Pendant toute la semaine, nous aurons eu un régime de brises, vents secteur est la nuit et le matin virant  noroit l'après midi, variable de force  3 à 5, donc idéal pour une croisière côtière, ce qui nous a permis de composer le programme à la carte (marine).

 Nous avons fait très peu de près. Température clémente mais les pullovers remplaçaient les teeshirts en fin d'après-midi.

Navigation : (voir carte ci-dessous)

Samedi 19 juin : Ile de Houat via la Trinité

Après un inventaire commencé la veille et l'avitaillement terminé  le lendemain,  on quitte le port du Crouesty en début d'après-midi pour récupérer un équipier à la Trinité qui avait participé au challenge Coho. Route vers Houat pour un mouillage dans l'anse de Tréach par vent de noroit f 4 annoncé virant nordet dans la nuit.

Désenchouement : au petit matin, un bateau de 9 m type ovni mouillé trop près de la plage s'est fait jeter  par une vague, heureusement sur la plage. Impossible de se déséchouer par lui-même, nous lui portons une série d'aussières aboutées (50 m environ) à l'aide de l'annexe : arrivée sur zone, notre équipier teste malgré lui la tenue à la mer de l'annexe et  le gonflement automatique du gilet !

Nous démouillons et tirons au moteur le bateau de 9 m qui se déséchoue sans mal  avec l'aide des vagues. Remerçiement du capitaine, visiblement un autochtone, comme quoi il faut rester vigilant!

Dimanche 20 juin : Belle Ile

Départ pour la côte sauvage de Belle Ile en passant par l'est avec un déjeuner dans le splendide petit port de Sauzon.

 Arrivée en mileu d'après-midi dans l'anse de ster vras pour avoir de la place dans l'étroite crique de Ster Ouen oû il faut mouiller tête et cul. Tentative de pêche aux araignées par notre plongeur breton quasi professionnel.

Lundi  21 juin : route vers les Glénans

Le vent de travers nous permet une route direct vers les Glénans en laissant à tribord la côte ouest de Groix (tourisme uniquement aux jumelles) pour prendre  son temps dans les passes des Glénans. Certains équipiers découvrent  le rase-cailloux imposé par les instructions nautiques. Mouillage dans l'anse de Servat, petite crique au sud de l'île du Loch. Le cri des mouettes pour seul compagnon.

Mardi 22 juin : rivière de l'Aven via Loctudy

On traverse  les Glénans du sud au Nord à marée basse, vive le faible tirant d'eau : l'eau bleu lagon et le sable blanc défile sous notre étrave. C'est sûr , on y retournera !

En laissant l'île au moutons par tribord on arrive droit sur le joli port de Loctudy oû une escale technique est prévue : déjeuner, plein d'eau, toilettes et complément d'avitaillement. Gentillesse et gratuité sont de mise avec vélos à disposition. Un regret : ne pas avoir le temps de se poser près de l'île Tudy pour profiter du charme de l'endroit.

Il faut désormais commencer à se rapprocher du Crouesty sans se presser car il ya  bon nombre  de mouillages qui nous attendent à crique ouverte sur notre route,  notamment par ce beau temps qui continue de nous accompagner. Le choix se porte sur l'aven mais il faut entrer tardivement dans la rivière ( au moins BM + 1), l'anse de Pouldohan plus proche étant fermé aux bateaux pour cause de changement d'eau (assèche à BM).

Eole nous pousse trop fort à la poupe, une pause apéritive s'impose sous l'isthme de Raguenez pour laisser l'eau monter dans l'aven et le niveau baisser dans les verres. Petite pression de l'équipage pour passer la nuit dans ce beau décor : c'est dur l'embarras du choix.

Le sondeur s'affole et prend son pied ( de pilote) : 1,3m au droit de l'entrée de la rivière, faut bien viser.Un mille plus loin, Rosbrach : les places sont chères mais le bateau relève sa jupe pour ne pas trop se faire mouiller et se glisse près des petites embarcations en mouillant avant arrière. Il est 23h et il fait encore bien jour.

Mercredi 23 juin : Belle Ile port Kerel,

Inutile de se lever tôt, on attend que Neptune fasse le plein et que notre bateau retrouve son agilité, donc visite en annexe des environs.  Dommage que l'on  ait pas le temps de visiter Pont-Aven plusieurs milles en amont.

Ça y est, on flotte et on tire vers Merrien pour un déjeuner bien mérité. Cette étroite et profonde calanque mérite le détour (3 étoiles au guide nautique). La prochaine fois on part 3 semaines !

C'est loin Belle Ile ? dis quand est ce qu'on s'arrête ? Et si on allait à Port Tudy sur Groix, pour sa conserverie de poission ? Eole d'un souffle nouveau a tranché, on dormira à Port Kerel sur Belle Ile, splendide mouillage sauvage.

Pour faire patienter l'équipage, notre ligne de pêche se tend par 2 fois : un bar de 2kg et une bonite de même taille, genre de maquerelle qui a fauté avec un thon.

Arrivée dans l'anse de port Kerel à 1h du matin.

Jeudi 24 juin : Hoedic ou Houat ?

Force 4 Est : aller et retour le long de la côte sauvage de Belle Ile et pause déjeuner à Goulphar, petite anse bien protégée, d'autres bateaux ont eu la même  idée que nous : gaffe à l'évitage

Départ pour Hoedic : sous le vent de Belle Ile on envoie le spi pour se déhaler plus rapidement. Le vent ne passe pas encore nord et on change d'île pour avoir un repas du soir moins agité dans le beau mouillage de Salus à Houat. Le bateau contourne l'île aux chevaux et trouve sa place parmi une quarantaine de bateaux. Dernière nuit foraine

Vendredi 25 juin : retour au Crouesty

Eole a ses faiblesses comme pour ne pas nous faire regretter de rendre le bateau : dernier mouillage déjeuner à deux pas de l'entrée du Crouesty.

Samedi 26 juin: retour des trois lyonnais pour une virée de 8 h de voiture de location, notre marin breton est lui à pied d'œuvre et nos vendéens seulement à quelques heures ,moins chargés qu'a l'aller (les gâches vendéennes ont été rangées dans nos coffres respectifs lors des petits déjeuners !)



04/08/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 483 autres membres